jogging, de d26b73, publié sous licence Creative Commons by 2.0.

Vie privée

Paramétrage de son smartphone

Si vous avez un smartphone, assurez-vous de savoir activer ou désactiver la géolocalisation :

Études de document

Lisez les trois documents suivants, et répondez aux questions sur Pronote.

Une application de fitness dévoile par mégarde la localisation de bases militaires secrètes

Article de Sarah Sermondadaz, Sciences et Avenir, le 30 janvier 2018.

Contexte : Strava est une application (pour smartphones et montres connectées) permettant de suivre ses activités sportives, et de partager en ligne le parcours de jogging de ses utilisateurs et utilisatrices.

En novembre 2017, Strava a ainsi divulgué une carte de chaleur représentant les itinéraires les plus arpentés par les joggeurs de tous les continents. Un projet pharaonique compilant pas moins d'1 milliard de séances d'activités, pour 10 téraoctets de données brutes.
[…]
Dans des agglomérations densément peuplées (baie de San Francisco, région parisienne, banlieue de Moscou...), pas de quoi en tirer quelque conclusion que ce soit. Mais lorsqu'il s'agit de zones de guerre, les données peuvent provenir quasi-exclusivement de soldats en activité, lorsque les populations locales ne recourent pas à ce type d'application. Nathan Ruser, analyste à l'union des analystes de conflits (IUCA), s'en est inquiété sur Twitter. "Si les soldats se servent de l'application pour enregistrer leurs entraînements quotidiens, comme le font les gens normaux, cela peut s'avérer particulièrement dangereux." Un point de vue que partage également son confrère Tobias Schneider : "En Syrie, les bases militaires sont presque les seules données. De ce ce fait, les positions russes et américaines sautent aux yeux", alerte-t-il. Nul doute que les militaires recevront désormais la consigne de désactiver l'application... à moins que Strava, à l'image de Google Maps, ne préfère finalement cacher certaines localisations.

Jean-Christophe Victor: « On s’est aperçu que Google Maps mentait »

Article de Laurence Defranoux, Libération.fr, 25 décembre 2016.

Quelle découverte avez-vous faite ?

On s’est aperçu que Google Maps mentait. C’est très embêtant parce qu’il est de plus en plus pris comme référence. Un pays s’exprime par le positionnement de ses frontières, qui peuvent être stables ou bien en litige. Par exemple, Pékin édite des cartes d’après la vision de ses frontières avec le Japon ou avec l’Inde. New Delhi, de son côté, produit ses propres cartes. Or, Google Maps a choisi de ne pas prendre la référence internationale, que sont les cartes des Nations unies, et de s’adapter à la vision de chaque partie.

On a demandé à des chercheurs chinois, japonais, indiens de faire des tests, et on a pu voir que si vous êtes à Pékin, vous avez une certaine frontière dans l’Himalaya et qu’à Delhi, vous en avez une autre. Le même problème existe sur la représentation du Sahara occidental, du Chili, de la Crimée, d’Israël… Google accepte de faire disparaître des territoires entiers pour conquérir des marchés. C’est une profonde malhonnêteté intellectuelle.

L’application lampe de poche vous espionne en toute tranquillité

Article de Bruno Mathieu, tom's guide, 27 octobre 2014.

La société SnoopWall a mené l’enquête parmi les 10 applications lampe-torche les plus téléchargées sur le Google Play. Et le résultat est plutôt alarmant : selon Gary Miliefsky de SnoopWall, il apparaît que des droits d’utilisation sont accordés à ces applications sans justification réelle. Identification du numéro, géolocalisation et même accès aux messages de l’utilisateur sont autant de données qui sont récoltées par ces applications. SnoopWall a tenté de suivre le chemin des données envoyées, et il apparaît qu’elles aboutissent en Chine, en Inde ou en Russie. « Il semble que certains utilisent ces données à des fins criminelles, mais pour un État-nation [sic] qui voudrait recueillir une grande quantité d’informations sur les Américains, c’est une excellente façon de procéder ainsi, parce que tout le monde installe une application lampe torche », a déclaré Gary Miliefsky.

[…]

Par conséquent, lisez toujours les conditions et les droits d’accès accordés lors de l’installation d’une application. Et méfiezvous également de la taille de sa taille : une application lampe torche qui pèse plus de 10 Mo a de quoi de vous rendre suspicieux quant à son intégrité.